Histoire de la maison Canale, de 1827 à nos jours

 

Histoire de la maison Canale

De 1827 à nos jours

Ci-dessous l'extrait du magazine de découverte "Paname" sur France 3.
Découvrez une partie de notre atelier-boutique du quai de l'horloge.

VIDEO de l'Atelier des Médailles Canale à Paris

Les immeubles du quai de l'Horloge ont deux façades, une sur le quai, l'autre sur la place Dauphine. En 1777 cet immeuble, qui avait plus d'un siècle et demi d'existence, fut acheté par Claude Etienne de la Frenaye dans le but de le reconstruire. Il fut rebâti en 1780 sur les gros murs de l'ancienne maison, qui avaient été conservés.

Dans cet immeuble habita, au premier étage au-dessus de l'entresol, le maître graveur Gatien Philipon (ou Philippon); sa fille Manon Roland y naquit en 1754. Elle épousa en 1780 Jean-Marie Roland de la Platière. Manon avait reçu une très complète instruction, elle était très indépendante d'esprit, à la fois raisonnable et romantique. Cette femme, qui fut admirée de son vivant et aussi après sa mort, n'habitait plus 37 quai de l'Horloge lorsqu'elle fut arrêtée en juin 1793. On sait que Mme Roland écrivit ses mémoires dans sa prison et qu'elle présenta elle-même sa défense devant le Tribunal qui devait la condamner à être guillotinée. En passant devant la statue de la Liberté, elle prononça la phrase encore dans toutes les mémoires : « Ô Liberté, que de crimes on commet en ton nom. »

Toujours au 37 du quai de l'Horloge, Durant fonda en 1827 un atelier où l'on exécutait tous les travaux de gravure : chiffres sur pièces d'orfèvrerie, sur bagues, armoiries, etc. En 1852, il prend un associé et, de 1852 à 1863, c'est Durant et Monnehay ; de 1863 à 1899 Monnehay est associé à Godard qui est le premier à éditer des médailles religieuses et de baptême ; et Godard seul de 1899 à 1912. Godard avait adjoint à l'atelier de gravure des éditions de médailles.

Enfin, en 1912, lui succède Victor Canale qui devait, dans les années qui suivirent la guerre 1914-1918, donner à cette maison un très grand essor. En 1969, leur fils Philippe, ancien élève de l’Ecole Boulle et de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs prend la suite, jusqu’en 1997 où il cède sa place à son dernier fils Dominique, qui dirige l’entreprise depuis 1992.

Histoire médailles Canale depuis 1827

 

Victor Canale - Maison médailles Canale

Victor Canale à droite dans l'atelier de gravure du quai de l'Horloge.

medals paris france


Haut de page